Les risques liés à l’achat d’un mobil home : soyez vigilants !

> Le prix de l’emplacement

En premier lieu, un mobil home ne peut être installé que sur l’emplacement d’un camping, ou sur un terrain prévu à cet effet, à l’instar d’un parc résidentiel de loisirs.

Il vous appartient donc de vous acquitter auprès du gérant du camping du coût d’un emplacement à l’année, étant entendu que le prix de location du terrain peut varier à la hausse d’une année à l’autre.

En effet, les prix pratiqués par les gérants de campings sont totalement discrétionnaires, n’étant soumis à aucune règlementation, de quelque nature qu’elle soit.

> Les règles à respecter 

C’est au seul gérant du camping qu’il appartient de définir les règles de fonctionnement. Ainsi, ce dernier n’autorise souvent qu’un nombre limité de personnes à occuper ledit mobil’ home.

Pour toutes autres personnes souhaitant y résider, ne serait-ce que temporairement, il vous appartient de prévenir préalablement le gérant du camping de leur arrivée, lequel sollicitera le paiement d’une somme d’argent pour avoir le droit de résider dans ledit mobil home.

Plus encore, ces personnes peuvent parfois se voir interdire l’accès aux installations du camping, comme la piscine par exemple.

> La perte de l’emplacement : l’expulsion

De nombreux gérants de camping n’hésitent pas à procéder à des expulsions sauvages, en violation manifeste avec la loi.

Vous n’avez alors plus qu’à retrouver un nouvel emplacement, ce qui peut s’avérer particulièrement périlleux.

La plupart du temps, au moment de l’achat de votre mobil home, le constructeur dispose d’un partenariat avec un camping, ce qui vous assure d’avoir un emplacement immédiatement.

En revanche, si le gérant du camping décide de vous expulser, c’est à vous de trouver un nouvel emplacement.

Si, régulièrement, les retraités à revenus modestes propriétaires de mobil homes sont expulsés des terrains de camping, il convient de noter que certaines clauses insérées dans les contrats de location de ces « emplacements loisirs » sont purement et simplement abusives.

Contactez le cabinet Schaeffer par téléphone au 01.55.90.55.15